En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris

vendredi, 14 avril 2017 11:42

Présidentielle 2017 : le point sur l’abstention et le vote blanc

A la veille du premier tour de l’élection présidentielle qui a lieu le 23 avril 2017, les titres de presse se multiplient sur la possibilité d’un taux d’abstention record. En parallèle, des sondages montrent que de nombreux électeurs sont favorables à une reconnaissance du vote blanc.

Abstention ou vote blanc, de quoi s’agit-il ?

L’abstention consiste, pour un citoyen inscrit sur les listes électorales, à ne pas voter à une élection. L’abstention peut être interprétée comme un désintérêt pour l’élection et pour la vie publique mais aussi comme un choix politique actif consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord. Le taux de participation à une élection est établi en soustrayant le nombre de votes au nombre total d’inscrits sur les listes électorales.

Traditionnellement, l’abstention est plus faible pour l’élection présidentielle que pour les autres élections. Néanmoins, lors du premier tour de l’élection de 2012, le taux d’abstention s’était élevé à 20,53% contre 16,22% en 2007. En 2002, le taux d’abstention au premier tour avait atteint un pic à 28,4%.

Le vote blanc consiste, pour un électeur, à glisser un bulletin vierge (ou pas de bulletin du tout) dans l’enveloppe qu’il dépose ensuite dans l’urne. Depuis la loi du 21 février 2014, les votes blancs sont comptabilisés de manière séparée des bulletins nuls. Le nombre de votes blancs est mentionné dans les résultats du scrutin. Les votes blancs ne sont cependant pas comptabilisés dans les suffrages exprimés. On considère que le vote blanc exprime une volonté politique de participer au scrutin pour dire son refus de choisir entre les candidats en lice.

Lors des précédentes élections présidentielles, les votes blancs étaient comptabilisés avec les votes nuls. Au premier tour de l’élection de 2012, 701 190 votes blancs ou nuls avaient été comptés (1,92% des votants), 534 846 en 2007 (1,44% des votants), 998 401 en 2002 (3,38% des votants).

Source : Vie-publique.fr